stratégie

Editis : le groupe a toujours des ambitions de croissance

Arnaud de Puyfontaine et Michèle Benbunan - Photo OLIVIER DION

Editis : le groupe a toujours des ambitions de croissance

Arnaud de Puyfontaine, président du directoire de Vivendi, et Michèle Benbunan, directrice générale d’Editis, ont reçu la presse dans les nouveaux locaux du groupe, avenue de France àParis, et dévoilé leurs ambitions pour le groupe et ses auteurs.
 

J’achète l’article 1.50 €

Par Claude Combet,
Créé le 25.02.2020 à 13h02,
Mis à jour le 25.02.2020 à 14h00

Arnaud de Puyfontaine, président du directoire de Vivendi (propriétaire d’Editis) et président du conseil d’administration d’Editis, et Michèle Benbunan, directrice générale d’Editis, ont convié la presse le 25 février pour visiter les nouveaux locaux du 92 avenue de France dans le 13e arrondissement parisien, qui réunissent depuis le 6 janvier sur 22000 m2 les 1200 salariés de ses 40 maisons. L’occasion pour le groupe de présenter le nouveau secrétaire général Jean Spiri nommé le 24 février et l’équipe mise en place par Michèle Benbunan "depuis 4 mois et 25 jours" mais aussi d’affirmer la volonté du groupe de rapprocher les différents métiers.

Nouvelles acquisitions et nouveaux territoires

Tandis que Michèle Benbunan remerciait l’actionnaire d’avoir pris en charge la dette d’Editis, Arnaud de Puyfontaine a rappelé le chiffre d’affaire de 730 millions d’euros sur 12 mois, rendu public le 14 février, et ses ambitions de croissance. Il a révélé que le groupe poursuivrait en 2020 les acquisitions, notamment à l’étranger - "en Grande-Bretagne mais pas uniquement""Nous avons vocation à devenir un groupe international dans la lignée de Vivendi, présent dans une centaine de pays" a-t-il déclaré.

Michèle Benbunan de son côté a précisé que le groupe entendait aussi se développer "sur des secteurs où [il est] peu présent comme la bande dessinée, la littérature générale et notamment les prix littéraires pour des maisons comme Julliard, Robert Laffont et Plon, mais aussi sur le livre audio qui est en train d’exploser et offre une porte d’entrée au livre à un public qui n’est pas lecteur".

De nouveaux horizons pour les auteurs

Parallèlement Michèle Benbunan a réaffirmé la politique d’auteurs d’Editis, pour lesquels elle entend développer le portail existant en développant les règles de transparence concernant leur rémunération. S’appuyant sur le rapport Racine, elle a déclaré que le groupe "souhaite faire rayonner ses auteurs sur tous les supports et leur apporter le plus de revenus possibles", en insistant sur les opportunités offertes par Vivendi, présent dans tous les secteurs culturels : le livre audio, les interviews, les conférences, les chroniques à la télévision, une équipe dédiée à la communication avec Havas. "Nous apportons un environnement spécifique" a ajouté Arnaud de Puyfontaine.

Outre le développement de la lecture, Michèle Benbunan s’est dit préoccupée par la nécessité d’offrir des outils interprofessionnels aux libraires, en visant le "zéro stock" grâce au système d’impression à la demande Copernics, et par le besoin d’aider ceux qui s’intéressent aux livres d’occasion afin de favoriser l’économie circulaire.

Livre Paris taclé

Interrogé sur Livre Paris, Arnaud de Puyfontaine a insisté : "Nous ne voulons pas trahir nos auteurs ni déstabiliser l’événement. Editis sera présent mais la formule n’est pas en capacité d’attirer le public. Il n’est pas normal de faire payer les visiteurs. Il faut se poser la question du lieu, du format, du modèle, autant de réflexions menées au sein du SNE (Syndicat national de l’édition)".
 
 





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités