Insolite

En 24h, un auteur de BD vend 800 exemplaires destinés au pilon

Pilontopia - Photo @MALIKI_OFFICIEL

En 24h, un auteur de BD vend 800 exemplaires destinés au pilon

Souillon, auteur de la bande dessinée Hello Fucktopia, chez Ankama, a racheté 800 exemplaires d’une édition collector destinée au pilon. Pensant les vendre au fil de l’eau en salon, il a écoulé l’ensemble du stock en moins de 24 heures grâce à la mobilisation de sa communauté.

J’achète l’article 1.50 €

Par Charles Knappek,
Créé le 25.11.2021 à 16h10,
Mis à jour le 25.11.2021 à 17h00

Un cas d’école. Quand il apprend que son éditeur Ankama veut pilonner 800 exemplaires de l’édition collector en noir et blanc de sa BD Hello Fucktopia, le sang de Souillon, son auteur, n'a fait qu’un tour. Le titre, paru en novembre 2015, affichait 1 866 exemplaires vendus au compteur, dont à peine une quinzaine en 2021. Des performances qui en faisaient, en effet, un candidat logique à la destruction.

Mais plutôt que de les voir disparaître, Souillon a décidé de racheter à Ankama les 800 exemplaires concernés pour un total de 10000 euros. Dans un strip mis en ligne sur ses réseaux sociaux le 23 novembre, il expliquait la situation à sa communauté de lecteurs, les invitant à commander l’album dont une pleine palette trônait désormais au milieu de son garage. Le choix s’avère payant : en moins d’une heure, tout le stock s’est arraché.

« Nous avons racheté les tomes avec la même remise que les libraires, donc nous gagnons la marge libraire, qui est de 40 %. Sur l'opération, nous avons gagné 4 000 euros », détaille Souillon, qui doit néanmoins déduire le temps passé à traiter et préparer les envois, les dédicaces dans les livres et le coût d'impression des ex-libris offerts. « Via le circuit classique, j'aurais gagné 10% du prix du livre, dans les 1 400 euros », précise-t-il.

Pour s’offrir cette édition collector à 19,9 euros, les fans n’ont pas hésité à payer des frais de port de 7,8 euros par exemplaire. « Pour les grosses quantités, on passe par un prestataire, Noob, qui nous fait l'empaquetage, l'affranchissement et le suivi, détaille Souillon. Comme ils ont des arrangements avec La Poste, cela nous revient au même prix que de tout faire nous-même. Envoyer un simple livre reste exorbitant quand on n'est pas une grosse enseigne. Sur Fucktopia, c'est un tiers du prix du livre... J'avais peur que cela freine beaucoup les ventes, mais visiblement les gens comprennent qu'on ne peut hélas pas faire autrement. »

Autoédition

L’investissement était conséquent, mais Souillon n’est pas un nouveau venu dans le monde de l’édition. Créateur du webcomic maliki.com en 2004, il est très suivi sur les réseaux sociaux et publie en moyenne une histoire par semaine sur le site, qu’il transforme ensuite en recueils papier.

Si les sept premiers volumes sont tous parus chez Ankama et se sont vendus à plusieurs milliers d’exemplaires alors que l’auteur travaillait encore à plein temps en parallèle, il a depuis opté pour l’autoédition. « Pour les trois tomes suivants, j'ai démissionné et je suis passé totalement en autoédition, avec l'aide de mon épouse », confirme l’intéressé. Une bascule opérée en 2016.

A cette époque, Souillon s’est senti suffisamment fort pour s’émanciper d’une relation avec les intermédiaires de la chaîne du livre qui ne lui convenait plus. « Aujourd'hui, je sais que c'était la meilleure décision, compte tenu de la communauté en or qui s'était constituée avec les années », ajoute-t-il.

Suivie par 95 000 personnes sur Facebook et 32 400 sur Twitter, dotée d’une chaîne YouTube, la « team Maliki » a désormais recours au financement participatif pour publier ses albums. Le plus récent, Maliki Blog - Souffle de vie, a bénéficié de 12 608 préventes sur Ulule lors de son lancement en 2020. « Nos livres font de bien meilleurs démarrages qu'à l'époque où j'étais édité, se réjouit Souillon. De plus, comme on esquive toute la chaîne du livre, on récupère le pourcentage de tous les intermédiaires. Là où vendre un livre rapportait un ou deux euros à l'auteur, c'est désormais fois dix ! »

L’auteur, qui bénéficie également du soutien de sa communauté sur Tipeee, profite de ces nouveaux moyens pour développer l’univers Maliki à travers du dessin animé, des clips musicaux ou des goodies. C’est aussi grâce à ces fonds que Souillon a pu racheter sans difficulté les exemplaires d’Hello Fucktopia. Face au succès de la vente-éclair du 23 novembre, l’auteur aimerait d'ailleurs récupérer le reste du stock. « Apparemment l'éditeur a gardé assez de stock pour assurer l'exploitation quelques années, 600 ou 700 je crois, conclut Souillon. Nous les avons contactés pour voir si nous pourrions en racheter car nous avons plus de 300 personnes pour l'instant qui sont encore intéressées par l'opération. »

Un cas d’école.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités