Série d'été 2022

Jeunes librairies : Le Chaudron (Saint-Nazaire), toucher tous les milieux [3/6]

Quentin Adrien Roche, de la librairie BD Le Chaudron, à St Nazaire. - Photo Fanny Guyomard

Jeunes librairies : Le Chaudron (Saint-Nazaire), toucher tous les milieux [3/6]

Le 31 juillet 2021, Adrien et Quentin Roche ouvraient Le Chaudron, seule librairie spécialisée BD de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Nouveaux dans le métier mais connaisseurs du genre, ils ont vite été intégrés dans le réseau d'acteurs culturels local. Sans cesser leur quête de légitimité.

J’achète l’article 1.5 €

Par Fanny Guyomard ,
Créé le 29.07.2022 à 11h18

Leur installation était un sacré pari. Il y a un an, Adrien et Quentin Roche, deux frères de 32 et 30 ans, ouvraient leur librairie Le Chaudron, à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Le premier est alors dessinateur de BD (son premier album, Maram, est édité en Islande), le second diplômé de sciences politiques. Pas le temps “ni l’argent” pour prendre des cours à l'École de la librairie. Quentin suit une formation en création d’entreprise et ces deux grands amateurs de BD suivent des stages en librairie spécialisée.

Il leur faut un an pour monter leur dossier (“très détaillé, pour que le projet soit pris au sérieux”) et rassembler l’argent : de la Drac, de leur banque, du CNL, de leur poche, de leurs proches. Les parents, eux aussi bricoleurs (une mère décoratrice d’intérieur), ont aidé à construire le mobilier. Et pour leurs premiers pas, les deux nouveaux libraires trouvent des réponses auprès du réseau Canal BDet sur Youtube !”.

BD franco-belge aussi

Un an après, donc, objectif atteint. Quelque 15 000 références au total pour une librairie BD de tous genres, qui atteint des clients de tous âges “et de tout milieu social”. Les deux frères originaires de Saint-Etienne (d’où le nom de leur librairie, surnom du stade Geoffroy-Guichard) vendent tous les jours des mangas tels que One piece ou Naruto, souvent sous l'impulsion du Pass Culture, “mais nos meilleures ventes sont les BD franco-belges, comme Le Droit du sol (d’Etienne Davodeau, édité chez Futuropolis)”. Le tout, sans colis : “On ne veut pas faire de la vente à distance. L’important, chez nous, c’est le lieu.

Afin de se diversifier, ils proposent depuis peu de la para-BD (affiches, figurines), “pour attirer de nouveaux gens et faire plaisir aux collectionneurs”, et Adrien prévoit de proposer des cours de dessin pour adultes. Il est déjà démarché par les médiathèques pour des ateliers similaires.

Médiathèques, librairies et festivals 

Un jour, les voilà invités par la librairie voisine l’Embarcadère (lauréate du Grand Prix Livres hebdo des librairies 2022) à intervenir lors de la Fête de la critique. Un autre, ils sont approchés par la médiathèque du Comité social et économique des Chantiers de l’Atlantique, ou encore conviés au festival du livre en Bretagne.

Il se passe pas mal de choses dans l’estuaire de la Loire et on a été vite contactés et intégrés dans le réseau”, loue Quentin. Et à Adrien d’ajouter : “C’est rassurant, encourageant, on était pas mal stressés au départ. Mais on doit encore faire nos preuves”. A écouter la réputation du Chaudron auprès d'habitants, elles sont déjà faites.

 

Notre série d'été Jeunes librairies : 

Jeunes librairies : à Douarnenez, les Métamorphoses prennent forme [1/6]

Jeunes librairies : Le temps d'un livre (Pontarlier) : "La coopérative, meilleur statut pour une librairie" [2/6]

Les dernières
actualités