Le Belge Hermann remporte le Grand Prix d'Angoulême 2016 | Livres Hebdo

Par Anne-Laure Walter, le 27.01.2016 à 18h18 (mis à jour le 27.01.2016 à 19h23) Bande dessinée

Le Belge Hermann remporte le Grand Prix d'Angoulême 2016

Hermann en 2009. - Photo YVES TENNEVIN

L'auteur des séries Bernard Prince, Jeremiah et Comanche reçoit la plus haute distinction du 9e art, trois semaines après la polémique qui avait entaché la première sélection ne comprenant aucune femme.

Hermann a reçu ce mercredi 27 janvier, à la veille de l'ouverture du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, le Grand prix de la ville. Il succède à Katsuhiro Otomo.

Né en 1938, Hermann est autodidacte. À Bruxelles, il prend ses premiers cours de dessin, dans une académie des Beaux-arts puis apprend le métier d'ébéniste, diplôme qui ne lui servira qu'une quinzaine de jours.

À 17 ans, fasciné par le rêve américain, il part vivre au Canada. Il s'intéresse au jazz, à la musique classique, aux livres, à la peinture, au cinéma. Quatre ans plus tard, de retour en Belgique, il devient dessinateur architecte et décorateur d'intérieur.

Il illustre en 1964 un Oncle Paul pour Spirou ("Livreuse d'avions"). Son beau-frère, Philippe Vandooren, futur directeur éditorial des éditions Dupuis, remarque son talent de dessinateur, inspiré par Jigé et jean Giraud (aka Moebius) et lui propose de collaborer au magazine scout Plein-feu qu'il dirige à cette époque. Ce récit complet parodiant la BD d'aventures le fait remarquer et engager au studio Greg.

Rejeté par Goscinny

Son premier projet de bande dessinée est rejeté par Goscinny et le magazine Pilote. Ensuite viendront Bernard Prince et Comanche chez Tintin, sur des scénarios de Greg, Jugurtha de Vernal, puis Nic avec Morphée dans Spirou.

En 1977, il décide de s'occuper lui-même des scénarios: la série Jeremiah débute, suivie, en 1982, des Tours de Bois Maury. En 1991, quand il publie missié Vandisandi dans Aire Libre, son premier one shot, il apprécie énormément la liberté qu'offre une histoire complète et décide d'orienter sa carrière vers ce style de création qui satisfait pleinement ses désirs d'auteur.

Il est publié par plusieurs éditeurs franco-belges, Dupuis pour Jeremiah, qui sera adapté en série TV aux Etats-Unis, Le Lombard qui édite Bernard Prince, Comanche et vient de publier le 21 janvier Old pa Anderson avec Yves H. au scénario ou Glénat qui a publié en juin 2014 une nouvelle édition de Abominable.

En 2009, il a été élevé au rang de chevalier des Arts et des Lettres. Sa série Jeremiah a été adapté en série pour la télévision aux Etats-Unis en 2001.

Les éditions Dupuis réagissent au Grand prix pour Hermann

C’est avec une grande fierté et une grande joie que les éditions Dupuis apprennent que l’immense Hermann est enfin honoré par ses pairs au Salon International de la Bande Dessinée d'Angoulême.

Au sein du catalogue Dupuis, Hermann a su concilier deux facettes parfois antinomiques du 9 eme art: celle de la série, avec les 34 albums de son héros récurrent Jérémiah, et celle de la bande dessinée d’auteur avec 7 ouvrages publiés sous le label Aire Libre, en attendant un huitième, Le passeur, déjà prévu pour la fin de cette année 2016.


Polémique autour de la sélection

Cette édition du Grand Prix, plus haute distinction du 9e art, a été marquée par la violente polémique qui avait entaché la première sélection qui ne comprenait aucune femme parmi les auteurs proposés.

En effet, à la suite de la divulgation de la première liste, de nombreux auteurs, français comme étrangers, avaient décidé de retirer leur nom en guise de protestation contre ce sexisme. Le Festival, après 48 heures d'indécisions et de justifications, avait, finalement invité les votants à donner librement entre un et trois noms d'auteurs vivants pour établir la sélection finale.

Les deux autres finalistes étaient le Britannique Alan Moore (Watchmen, V comme Vendetta) et la Française Claire Wendling (Les lumières de l'Amalou, Deux mondes).
close

S’abonner à #La Lettre