Le festival d'Angoulême étend sa surface d'exposition | Livres Hebdo

Par Anne-Laure Walter, le 20.11.2018 à 17h12 (mis à jour le 20.11.2018 à 18h00) Bande dessinée

Le festival d'Angoulême étend sa surface d'exposition

Mairie d'Angoulême pendant le 44e festival international de la bande dessinée - Photo ANNE-LAURE WALTER / LH

La manifestation agrandit le marché des droits et l'espace dédié manga. A la recherche d'infrastructures pérennes, il ambitionne d'occuper dans les prochaines années d'anciens entrepôts de la SNCF.

La question des infrastructures du festival international de la bande dessinée d'Angoulême (FIBD) reste un véritable casse tête auquel les organisateurs, la société 9eArt +, ont trouvé des pistes de solution. Lors de la conférence de presse annonçant la 46e édition, qui aura lieu du 24 au 27 janvier 2019, Franck Bondoux le délégué général a annoncé un doublement de la superficie du marché internationnal, avec le soutien du Centre national du livre, précisant que "la journée du mercredi sera dédiée au professionnels". Cet espace dédié à l'achat et la cession de droits prendra la place de l'ancien MangAsie.

Avec l'aide de la région Nouvelle Aquitaine, l'organisateur a en effet imaginé un nouvel espace dédié au manga. "Manga city" va prendre ses quartiers au bord de la Charente, près du pôle jeunesse et de la Cité de la bande dessinée, sous une grande tente de 2 500 m2 (soit presque trois fois plus de place qu'avant), installée sur le stade Léonide-Lacroix.

Infrastructures pérennes

Le FIBD monte chaque année des tentes, baptisées "bulles", pour abriter les stands des éditeurs, une opération aussi coûteuse qu'inconfortable. L'organisation demande depuis des années aux collectivités locales des infrastructures pérennes. Ouverte il y a deux ans, la nouvelle médiathèque du GrandAngoulême, l'Alpha, va accueillir cette année une exposition Batman à l'occasion des 80 ans du super héros. Une passerelle est en cours de construction pour traverser les rails et accéder directement à la médiathèque depuis le parvis de la gare.

Cette passerelle, qui serait terminée au moment de la prochaine édition, ouvre de nouvelle perspective aux organisateurs du FIBD puisqu'elle désenclave ce quartier. Franck Bondoux a présenté lors de la conférence de presse d'anciens entrepôts de la SNCF. Il étudie la possibilité d'aménager à l'avenir les 4 000 m2 en friche aujourd'hui.
 
Enfin, au sein des Chais Magelis, au bord de la Charente, il a fait une demande auprès du conseil départemental pour occuper l'espace du musée du cinéma, qui jouxte la Cité de la BD.
 

Sur les mêmes thèmes (1 articles)

close

S’abonner à #La Lettre