Bilan 2017

Le marché québécois porté par la littérature, la jeunesse et la BD

Le marché québécois porté par la littérature, la jeunesse et la BD

Gaspard a publié son rapport annuel sur le marché québécois, et notamment les chiffres de son panel de 240 points de ventes. La littérature, et notamment les romans et les polars, et la jeunesse continuent de dominer les ventes. La BD, aidée par une production locale toujours plus créative, affiche un dynamisme constant.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 30.05.2018 à 17h37,
Mis à jour le 30.05.2018 à 18h00

Gaspard, marque déposée de la Société de gestion de la Banque de titres de Langue française, qui publie chaque année le bilan du marché du livre du Québec, a révélé ses chiffres pour l’année 2017 mardi 29 mai.
 
Selon le rapport, les ventes annuelles de livres de langue française ont augmenté de 5% par rapport à 2016 en recettes (199,93 millions de CAN$), et de 4,4% en volume.
 
Cette embellie est tirée par les deux secteurs principaux: la littérature et la jeunesse, qui représentent au total près de 45% des ventes. Le secteur Vie pratique consolide sa troisième place malgré une baisse de part de marché (11,5%, -0,5 points) tandis que la bande dessinée poursuit sa progression en surclassant Economie, droit et gestion, en atteignant 6,2% de part de marché (+0,8 point).
 
Parmi les 200 meilleures ventes de livres au Québec, les auteurs locaux dominent largement le classement. On note quand même les belles performances d’Origine de Dan Brown (Lattès, 6e), d’Un appartement à Paris de Guillaume Musso (XO, 8e) et de deux livres publiés chez Robert Laffont: Une colonne de feu de Ken Follett et La dernière des Stanfield de Marc Lévy.
 
Plus précisément, au sein de la catégorie Littérature (2 455 445 exemplaires), le roman reste dominant (17,47 millions de CAN$) devant le policier (11,35 millions de CAN$), le roman historique et la littérature sentimentale. 60% des livres de littérature vendus dans la Belle Province ne sont pas canadiens.
 
Pour la jeunesse (3 574 504 exemplaires), les séries La Pat’Patrouille (Phidal, Presses aventure) et Léa Olivier (Les malins) dominent les ventes.
 
En BD (741 579 exemplaires), le 37e tome d’Astérix, 3e du classement tous genres confondus, domine largement les ventes, devant les albums d’Alex A. (14 titres parmi les 16 BD les plus vendues au Québec !). Pour les beaux livres (62 575 exemplaires), les Québécois se sont entichés du peintre Chagall (6 des 10 meilleures ventes dans cette catégorie). Dans ces deux secteurs, les éditeurs étrangers sont largement majoritaires en part de marché.

La BD québécoise en pleine forme
 
Le marché de la librairie, étudié par Gaspard dans le cadre d’un panel de 240 points de vente (entre 50 et 65% des ventes de livres dans la Province) montre les mêmes tendances.
 
"Comme par le passé dans nos tableaux de ventes comparables (librairies), la catégorie Jeunesse a terminé bonne première, affichant au passage un rendement de +7,2% sur l’an dernier, devant la Littérature, qui montre un résultat de +6,7%" explique le rapport. "Troisième catégorie poids lourd, le Pratique a connu en 2017 un important ressac (- 7,0%), son plus grand recul depuis que nous avons commencé à mesurer le marché de la librairie en 2012. La catégorie recule aussi dans l’ensemble du marché (-3,4%) et a un écart de -6,4% par rapport à sa moyenne historique dans nos bilans" constate le bilan.
 
La progression de l’édition québécoise "passe par le livre jeunesse, catégorie phare de la production québécoise" et « La BD québécoise qui continue son ascension (+7,7%) puisqu'elle occupe maintenant le 5e rang des catégories qui pèsent le plus dans notre marché des librairies comparable. Pour mémoire, en 2013, la BD québécoise occupait le 11e rang" sectoriel observe Gaspard.
 
« Les ventes des éditeurs étrangers ont connu une hausse de +4,2% en 2017, un résultat supérieur à l’an dernier (+2,6%). Leur part de marché dans notre panel de librairies comparables s’établit à 52,4%, toutes catégories confondues, contre 50,2% en 2016. La Littérature montre une progression de +7,9% et reprend ainsi à la Jeunesse la tête du palmarès des catégories, celle-ci affichant une modeste hausse de +2,6%. Les ventes de la BD, 3e catégorie en importance de la production étrangère, sont en hausse de +11,9% » selon l’analyse publiée.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités