Les ventes de livres ont brutalement chuté avec le confinement | Livres Hebdo

Par Fabrice Piault, avec GFK, le 30.03.2020 à 17h18 (mis à jour le 13.04.2020 à 10h15) Marché du livre

Les ventes de livres ont brutalement chuté avec le confinement

Photo OLIVIER DION.

Le nombre d'ouvrages vendus s'est effondré de plus de moitié dès la première semaine de confinement et de fermeture des librairies, d'après les données recueillies par GFK.

A l'origine des palmarès des meilleures ventes de livres publiés chaque semaine dans Livres Hebdo, GFK a enregistré une chute brutale de l'activité dès la « semaine 12 » (du 16 au 22 mars), première semaine du confinement général et de la fermeture des librairies physiques décidés par le gouvernement pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.

Pendant cette semaine du 16 au 22 mars, le nombre de volumes vendus s'est inscrit en baisse de 54 % par rapport à la même semaine de l'année précédente, et de 59 % par rapport à la semaine précédente (du 9 au 15 mars 2020), a précisé GFK à Livres Hebdo.

Avantage aux formats poche

Alors que seuls une partie des réseaux de vente (maisons de presse, hypermarchés, sites de vente en ligne) pouvaient poursuivre plus ou moins normalement leur activité après le 16 mars, le Top 20, toutes catégories confondues, était dominé par les formats poche (14 titres sur 20), avec en tête les version poche des nouveautés 2019 de Guillaume Musso (La vie secrète des écrivains, Livre de poche), Michel Bussi (J'ai dû rêver trop fort, Pocket), Aurélie Valognes (La cerise sur le gâteau, Livre de poche) et Marc Lévy (Ghost in love : un roman, Pocket).

Au 5e rang du Top 20, Leila Slimani conserve la tête du palmarès des romans grand format avec Le pays des autres (Gallimard), suivie par Michel Bussi avec Au soleil redouté (Presses de la Cité) et Aurélie Valognes avec Né sous une bonne étoile (Mazarine).

Sylvain Tesson (La panthère des neiges, Gallimard), vient en tête du classement des essais, tandis que Astérix, vol. 38 : La fille de Vercingétorix, de Jean-Yves Ferri et Didier Conrad (Albert-René) domine toujours celui des bandes dessinées.
close

S’abonner à #La Lettre