vente en ligne

Un collectif d'éditeurs indépendants se retire d'Amazon

Un collectif d'éditeurs indépendants se retire d'Amazon

Une cinquantaine de petites maisons et quelques diffuseurs publient un appel à ne plus vendre de livres sur la plate-forme américaine, en soutien aux librairies.

J’achète l’article 1.50 €

Par Nicolas Turcev,
Créé le 10.11.2020 à 12h38,
Mis à jour le 10.11.2020 à 14h09

Un collectif d'une cinquantaine de petits éditeurs et diffuseurs ont annoncé dans un communiqué, le 6 novembre, qu'ils ne "vendront plus [leurs] livres sur Amazon". Hobo diffusion, Paon diffusion, La dispute ou encore les éditions Noir et rouge dénoncent les méthodes du géant du commerce en ligne, "fer de lance du saccage des rapport humains et de l'artificialisation de la vie", et enjoignent la chaîne du livre à "boycotter et saboter son monopole".

"Les conditions de travail dans ses entrepôts et en dehors […], son impact écologique […], l'enrichissement démesuré de son patron [Jeff Bezos, première fortune mondiale] et de ses actionnaires sont autant de marques du cynisme du modèle économique et social défendu par cette multinationale", écrivent les signataires.

Front commun

Ils opposent le monde d'Amazon, avec lequel il faut "rompre", aux librairies, "des lieux de rencontre, d'échange critique, de débat, de proximité". "Un livre doit pouvoir être défendu auprès de ses lecteurs·rices par un·e libraire, un·e éditeur·rice, un·e auteur·rice et ne pas être invisibilisé par les 'meilleures ventes du moment'. Nous ne voulons pas remplacer les conseils d’un·e libraire par ceux d’un algorithme, ni collaborer à un système qui met en danger la chaîne du livre par une concurrence féroce et déloyale", rajoutent-ils.

La publication de cet appel confirme la constitution d'un front commun contre Amazon au sein du secteur du livre et de la distribution en France, avec comme centre de gravité, la défense des librairies. Après la réduction des tarifs postaux du livre annoncée par le gouvernement pour permettre aux libraires de concurrencer la plate-forme américaine pendant le confinement, les grands hypermarchés ont eux aussi manifesté leur opposition à Amazon en ouvrant leurs portails de vente aux petits commerçants. Enfin, un front uni de fédérations de commerçants a signé une tribune s'opposant à la tenu du Black Friday, ce jour de soldes fin novembre dont profite largement le géant du commerce en ligne.





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités