"Une fille sans histoire" de Constance Rivière chez Stock | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 31.07.2019 à 10h00 Un premier roman par jour

"Une fille sans histoire" de Constance Rivière chez Stock

Constance Rivière - Photo PHILIPPE MATSAS

Pendant l'été, Livres Hebdo présente un premier roman de la rentrée littéraire. Avec Une fille sans histoire, Constance Rivière écrit une histoire contemporaine entre trouble et émotion, qui prend racine dans les attentats du 13 novembre 2015.

"Elle voudrait lever la tête mais elle n'y arrive pas". Ainsi commence le premier roman de Constance Rivière, Une fille sans histoire, que Stock publiera le 21 août 2019. C'est la vie d'Adèle qui nous est racontée. Une jeune parisienne normale dont la vie va basculer au lendemain du 13 novembre 2015, cette soirée presque hivernale où les coups de feu retentirent au Bataclan, au Stade de France, dans les cafés de l'est parisien.

"Au petit matin, Adèle se réveilla les yeux gonflés, le ventre noué, l'esprit confus, la télévision toujours allumée, essayant de se souvenir de ce qui venait de se passer". Le lecteur sait déjà qu'elle va être condamnée. Car Adèle a reconnu un jeune homme parmi les victimes, un étudiant qu'elle croisait dans le bar où elle travaillait l'été d'avant: Matteo. Adèle s'invente alors une relation amoureuse avec lui. A travers ce drame, elle trouve un sens à sa vie, une raison d'être. Elle se dédouble dans ce roman où elle cotoie des survivants à la douleur réelle, des proches endeuillés en souffrance. Devenue une figure emblématique des attentats, elle s'invente une vie sans se douter que cette usurpation est scandaleuse. Les témoignages et la vérité vont la conduire dans une impasse...

Ce premier roman polyphonique qui tente de comprendre la peine que ressentent les autres a été sélectionné parmi les coups de cœur de la rentrée littéraire du Furet du nord.

Constance Rivière, 39 ans, est maître de requêtes au Conseil d'Etat. L'énarque a été conseillère auprès de François Hollande à l'Elysée, avant de devenir sa directrice adjointe du cabinet puis de remplacer Audrey Azoulay en tant que conseillère spéciale chargée de la cilture et de la citoyenneté. Depuis deux ans, elle est secrétaire fénérale du Défenseur des droits.

 
close

S’abonner à #La Lettre